Incompatibilités et autres inconvénients de l’APA pour les bénéficiaires

L’APA est une aide très avantageuse pour les personnes de 60 ans et plus. Elle favorise par exemple le maintien à domicile en cas de perte d’autonomie. Il faut toutefois reconnaître que le dispositif peut aussi montrer certains inconvénients. Il est dans ce cas important de bien s’informer pour éviter les mauvaises surprises après la souscription.

L’APA est incompatible avec certaines aides financières

L’APA ne se combine pas avec différentes aides comme les suivantes :

Sujet a lire : Comment les entreprises d'urgence peuvent-elles réduire leur impact environnemental ?

  • Une allocation compensatrice d’une tierce personne ;
  • Une prestation de compensation de handicap ;
  • Une allocation simple d’aide sociale pour personnes âgées.

Il est possible de visiter le site web suivant pour avoir plus d’informations.

Une démarche d’obtention plus complexe

L’obtention de cette allocation peut prendre beaucoup de temps dans certains endroits. Cela est dû à la nécessité d’envoyer le formulaire par la poste. En plus d’être long, le processus peut aussi coûter cher à cause des frais à payer. Il faut aussi prendre en compte le temps essentiel pour la constitution du dossier de chaque demandeur.

Dans le meme genre : Faire de la plongée sous-marine dans le Var : Choisir la bonne période

Un montant souvent faible pour le bénéficiaire

Le montant de l’allocation dépend en principe du degré de dépendance du bénéficiaire. Il faut aussi prendre en compte les sources de revenus dont il dispose. Pour 2023 par exemple, l’APA a adopté un plafond de 746,54 à 1 914,04 €/mois selon la catégorie. Il faut reconnaître que certaines personnes dépendantes ont du mal à financer leur aide à domicile avec l’APA.

Le statut du proche aidant

Ce statut peut générer des déconvenues avec la personne bénéficiaire et son aide à domicile. Cela concerne par exemple le respect des heures prévues dans le plan. L’aidant familial doit être déclaré comme étant un salarié avant de faire quoi que ce soit. Ce nouveau rapport employeur-employé peut aussi causer des tensions entre les deux parties.

Un long délai d’instruction

Les procédures administratives peuvent décourager certains bénéficiaires de l’allocation. Cela concerne par exemple la prise de rendez-vous pour un examen médico-social. Le président du Conseil général peut aussi demander 10 jours pour accuser réception du dossier. L’équipe médico-sociale possède de son côté 30 jours pour envoyer son compte-rendu. Certains bénéficiaires attendent plus de 2 mois pour obtenir une nouvelle concernant leur dossier.